Pétrole, gaz et charbon : nature, mécanismes de formation, perspectives d’avenir dans la transition énergétique – Bernard Durand

Depuis bientôt deux siècles, les énergies carbonées fossiles, autrement dit les combustibles fossiles, fournissent l’essentiel du flux d’énergie qui donne vie aux sociétés industrielles.
Dans ces sociétés, un lien très fort a existé pendant ce temps entre l’accroissement de leur consommation de combustibles fossiles et leur développement matériel et humain. Mais, peut-être en vertu de l’adage « à cheval donné on ne regarde pas les dents », leurs opinions publiques et leurs décideurs n’en ont pas eu pour autant une conscience bien claire, et ne semblent toujours pas vraiment percevoir ce lien : Encore maintenant, les combustibles fossiles sont les grands oubliés du débat sur l’énergie qui envahit depuis quelque temps la sphère publique et les médias. Ce débat ne porte guère en effet que sur l’électricité, renouvelable contre nucléaire.
Cette période d’insouciance ne durera plus très longtemps : Les interrogations des milieux professionnels sur la disponibilité future des combustibles fossiles commencent à gagner l’opinion. Cette dernière semble aussi mieux réaliser leur importance, celle du pétrole en particulier, dans la vie de tous les jours. Elle s’inquiète aussi du dérèglement climatique que pourraient entraîner les émissions de gaz à effet de serre résultant de leur usage.
Sans aucun doute, les pays industriels vont être, sont déjà, confrontés à un problème majeur et même existentiel : celui du passage de sociétés fondées sur l’usage massif des combustibles fossiles à des sociétés ayant appris à s’en passer. Voilà qui sera, par nécessité, le véritable moteur de la transition énergétique dont on parle tant en ce moment ! Car c’est la disponibilité à venir des combustibles fossiles qui donnera le tempo de cette transition, et non le développement des autres sources d’énergie, si difficile est le chemin qui reste à faire à celles-ci pour les remplacer !
On ne trouvera dans cet ouvrage que peu de développements techniques sur les méthodes utilisées par l’industrie pour trouver, extraire et transformer en produits utilisables les combustibles fossiles. On n’y trouvera pas non plus de statistiques détaillées de leur production et de leur consommation, ni un traité d’économie. Son objectif est de fournir à des non spécialistes, et en premier lieu à ceux que préoccupent, ou que concernent dans leur activité, la transition énergétique et la protection du climat, des connaissances de base leur permettant de mieux comprendre la nature des combustibles fossiles, leur importance dans l’économie des pays industrialisés, et pourquoi leur disponibilité future aura un rôle essentiel dans les transformations économiques et sociales à venir dans ces pays.
Il comprend deux parties qui peuvent être lues de façon largement indépendante l’une de l’autre :
– La première partie a un but pédagogique : en peu de pages et en évitant les développements trop techniques, il s’agit de présenter un inventaire de la variété des combustibles fossiles et de faire comprendre les principes physico-chimiques qui régissent leur formation et celle de leurs gisements dans la croûte terrestre.

Téléchargez : Pétrole, gaz, charbon – Partie I

– La deuxième partie est plus spéculative : sur des bases aussi quantitatives que possible, on y discute des grandes questions d’actualité : Quelles sont les réserves restantes de combustibles fossiles ? Quand précisément au cours de ce siècle peut-on prévoir le déclin de leurs productions ? Quelles conséquences ce déclin aura-t-il pour les sociétés industrielles ? Quel est et quel sera leur rôle dans les modifications du climat ? Quels risques leur usage entraîne-t-il pour la santé publique ?

 

Téléchargez : Pétrole, gaz, charbon – Partie II

En chemin est précisé ce que sont des catégories de combustibles fossiles telles que pétrole et gaz dits de schistes, schistes et sables bitumineux, lignite et charbon, pétrole et gaz conventionnels et non conventionnels…, qui font trop souvent l’objet de débats passionnés sans que leur nature exacte soit bien comprise.
A côté de certains des termes français utilisés figure souvent leur traduction en anglais. Il importe en effet de connaître le vocabulaire anglais pour déchiffrer les documents de base, ceux par exemple fournis par les agences de l’énergie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :